Que pensez-vous de l’alimentation BARF pour le Chien ?

Pas une semaine sans qu’on me demande ce que je pense du BARF pour le chien… Cela vaut bien un article !

De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que le B A R F
Coeur-Volaille

Ce n’est pas très clair, et vous pourrez trouver diverses explications aux lettres B A R F. L’une d’elles est Bone and Raw Food (créé par Billinghurt et dont l’acronyme est attribué à Debra Tripp). C’est le principe d’une alimentation « naturelle » à base de viande crue, d’abats (on assimile coeur, rognons, foie… parfois gésier et rate), oeufs, laitages, de légumes (souvent crus) et de fruits, et d’os dits charnus (entendez qu’on a laissé un peu de viande sur l’os)…et souvent mais pas toujours d’une absence de céréales.

Il s’agit grossièrement de 60% de produits d’origine animale (50% viande de muscle et abats et 50% d’os dits charnus) et 40% de légumes, fruits, produits laitiers, oeufs, grains.

Cela part généralement d’un bon sentiment du propriétaire qui veut donner à son chien une alimentation plus proche de son caractère carnivore…

Alors où est le problème ?

Il est à la fois sanitaire et nutritionnel.

Sanitaire ?

La viande ou le poisson crue présente un risque supérieur de contamination par des bactéries plus ou moins pathogènes (salmonelles, E.coli, clostridies ou lysteria par exemple qui peuvent venir de la manipulation des viandes entre l’abattage et la mise dans le réfrigérateur ou de contaminations plus domestiques dans le réfrigérateur) qui sont tuées par la cuisson. En France, les habitudes alimentaires de l’homme sont encore de consommer de la viande crue, et les contrôles sanitaires permettent de le faire. C’est surtout vrai pour la viande de boeuf. Si la viande distribuée crue est propre à la consommation humaine, c’est sans trop de problème. Mais en cas de doute, ou lorsque l’on a congelé soit même puis décongelé la viande, le mieux est une légère cuisson. La cuisson à coeur à 60°C pendant 2 minutes permet de diminuer ce risque sanitaire.

La viande crue, même si elle est propre à la consommation humaine, peut toujours contenir des oeufs de parasites (Taenia par exemple mais pas seulement). En cela, le risque 0 n’existe pas sauf à cuire la viande. Autrefois c’est la raison pour laquelle on cuisait le porc. Mais cela est en fait vrai pour toutes les viandes. On tue certains parasites en congelant la viande mais plus sûrement en la cuisant (60°C à coeur pendant quelques minutes) On peut vouloir faire prendre ce risque à son chien. Mais il faut savoir que ce risque existe.

Pourquoi pas de céréales dans les régimes BARF ? Le chien est-il un loup ?

Nutritionnel ?

Dans une étude datant de 2011, l’équipe de nutritionnistes de Munich (voir référence en fin de page) a étudié la composition nutritionnelle de 95 rations BARF telles que données par des propriétaires de chiens.

Les points positifs : sont le plus souvent constatés un apport de calories correct qui permet de maintenir optimal le poids de l’animal, et un apport suffisant de protéines (apportées par la viande de muscle, et généralement élevé dans le cas d’une ration BARF) permet l’entretien de la musculature, du pelage…en tout cas pour la partie structurelle. L’apport de fruit et de légumes (qu’il faut tout de même recommander de cuire pour éviter qu’ils traversent intacts le tube digestif jusqu’à sa sortie) permet d’apporter de la fibre et de l’eau, et contribuent au transit et au confort digestif.

Les points moins positifs : le diable se cache toujours dans les détails ! Il s’agit plutôt des acides gras essentiels et des minéraux, vitamines et oligo-éléments (ce que certains nomment micronutriments)… C’est la partie de l’alimentation qui prend peu de place, mais qui est indispensable à la bonne santé à long terme.

Environ 60 % des rations étudiées présentent au moins une carence ou un excès ou un déséquilibre en calcium, vitamine D, zinc, cuivre, vitamine A…
Au final, 24% seulement de ces rations BARF couvraient les besoins nutritionnels.

Quels sont les risques ? les problèmes les plus fréquents ?

-Trop d’os : un os, type jarret de veau, par semaine pour un chien, pour peu qu’on adapte le format de l’os qu’on laisse consommer par le chien, ne pose aucun problème. Mais attention, si le chien consomme trop d’os, que risque-t-il ?

* il consomme trop de minéraux et risque constipation voir obstruction intestinale (cela peut aller jusqu’à nécessiter une chirurgie).

* il consomme trop de calcium, ce qui diminue l’absorption des oligo-éléments (zinc et cuivre) dans le tube digestif et créé des carences secondaires en cas éléments. Le zinc sert à de nombreuses synthèses de protéines. La partie émergée, visible, d’une carence en zinc est une hyperkératose, une dépilation autour des yeux et lésions des zones de jonction entre les muqueuses et la peau (bouche, commissure des lèvres, truffe, anus…). Le cuivre sert à la synthèse des pigments noirs du pelage et à la synthèse de collagène entre autres. Une carence en cuivre se voit plus facilement chez un chien de poil noir, la couleur du poil tourne alors au rouge.

Volaille-viande-carcasse-Confondre viande et carcasse...lorsque l’on achète de la viande, il ne faut pas acheter un mélange de viande et carcasse, car ces mélanges contiennent trop de minéraux, et ne peuvent être équilibrés.

-Croire que les abats sont tous les mêmes ou qu’il suffit d’en apporter une fois par semaine. Le coeur est un muscle…le foie est un carrefour métabolique très riche (mais en quantité variable selon l’alimentation de l’animal à qui il appartenait) en vitamine A, en cuivre, assez riche en vitamine D, et en autres oligo-élements, riche en calories, protéines et fer sous forme hautement assimilable (le muscle rouge aussi). Les rognons sont riches en oligo-éléments en quantité variable, et en purines. Le gésier est riche en protéines de muscles mais aussi en collagène -non digestible quand il est cru-
-Croire qu’il faut donner un oeuf cru… le jaune oui, mais le blanc contient des facteurs anti-nutritionnels, notamment qui diminuent la digestibilité des protéines : à éviter, préférer donner un oeuf entier dont le blanc est cuit… ou que deux oeufs remplace 100 g de viande… nutritionnellement c’est faux !

-Croire que les fruits et légumes antipasti-mozzasuffiront à apporter les vitamines manquantes… faux ! Les besoins du chien et de l’homme sont différents. Et les fruits et légumes, s’ils ont été cueillis depuis plusieurs jours, perdent vite ce bénéfice. Il faut donc penser à ajouter un complément de vitamines et oligo-éléments, de forme et en quantités adaptées…au chien !

-Oublier l’apport des acides gras essentiels : l’huile d’olive a très bonne presse, car si elle substitue les graisses saturées chez l’homme, cela diminue le risque cardio-vasculaire …chez l’homme ! mais l’huile d’olive n’apporte pas plus d’acides gras essentiels que les graisses animales ! Et le chien n’est pas soumis au même risque que l’homme quand il consomme du gras, bien au contraire… sauf dans certaines situations pathologiques, il tolère très bien les graisses saturées ! Cela vient justement de ses ancêtres les loups.
Pour apporter des acides gras essentiels (acide linoléique = oméga 6 ET acide alpha-linolénique = oméga 3), il vaut mieux miser sur l’huile de COLZA, crue, et de bonne qualité (si elle sent le poisson, ou que le chien ne veut pas la consommer, c’est qu’elle est oxydée ! préférez acheter de petites bouteilles cachées de la lumière, à conserver éventuellement auréfrigérateur).
ou tout miser sur l’huile de foie de morue … Elle est très riche en oméga 3 à chaine longue (EPA+DHA), mais aussi en vitamines A et D. Hors ces vitamines, si elles sont essentielles, sont aussi toxiques en excès… et l’excès d’huile de foie de morue est assez facile à atteindre chez un chien. De plus, même l’huile de poisson n’apporte pas tous les acides gras essentiels (il n’y a pas que les omega 3 à chaine très longue qui soient utiles)… A éviter donc.
Pour un apport d’EPA et DHA, préférer une huile de poissons sauvages des mers froides (huile de saumon, sardine, hareng, maquereau…) en capsule, ou en petit flacon airless, et non en flacons à pompe : EPA et DHA sont tellement sensibles à l’oxydation que le temps que vous ayez donné le quart de votre flacon à pompe, il seront oxydés et au mieux inutiles au pire toxiques.

-Croire qu’équilibrer une ration sur une semaine est mieux que de l’équilibrer tous les jours ! Bien sûr, cela ne tuera pas votre chien de manger déséquilibré tous les jours (voir ci-dessous), mais équilibrer sur la semaine revient à donner chaque jour une ration déséquilibrée… à méditer…

-Croire qu’un chien doit jeûner une fois par semaine…? Est-ce utile ? D’où vient cette idée ? En 1912, une étude très scientifique a été publiée, et montré qu’un chien qui avait reçu seulement de l’eau pendant 117 jours avait survécu. Qu’en conclut-on ? Que le chien est tolérant au jeûne ? Certainement ! Que cela peut être considéré comme une adaptation à la survie en temps de famine ? Probablement ! Que c’est une nécessité ? Surement pas !Si l’on revient au comportement alimentaire du loup… Le loup chasse en meute de grandes proies, les consommant autant que possible sur place, et enterrant les restes, le plus souvent les os avec ce qui reste de viande dessus ou de moelle dedans, pour les déterrer quelques jours ou semaines plus tard, quand il n’y a rien à manger… Ce comportement, le chien l’a conservé. De même quand il n’y a rien à manger (pas de grosses proies en vue pendant des jours ou des semaines), même plus les restes enterrés, la résistance au jeûne prend un sens bénéfique.
Un chien est plutôt d’un naturel glouton : « je mange tout ce que je peux, des fois que demain, il n’y aurait rien à manger »… mais le chien de compagnie n’a pas le mode de vie du loup ! Il a généralement a mangé le lendemain… C’est la raison pour laquelle il n’est pas nécessaire de donner plus un jour, car le lendemain il y a aura encore !

Pourquoi on ne voit pas grand chose ?

Une erreur alimentaire ne tue pas vite ! Et heureusement… Car les individus sont adaptables, et tolérants. Mais à long terme, la survenue de maladies est moins fréquente et l’espérance de vie plus longue quand l’alimentation couvre les besoins nutritionnels de manière optimale chaque jour et en bonne quantité (en évitant le surpoids) -là, on a des preuves !-.

La WSAVA (association mondiale des vétérinaires pour petits animaux) a publié une explication à l’adresse des vétérinaires et des propriétaires d’animaux (à consulter ici)

Comment faire pour faire du BARF sans risque ?

Une ration BARF sans risque pour un chien revient à une ration ménagère équilibrée (viande/poisson/remplacés par des abats de temps en temps+Vit’i5+huile de colza+/-huile de poisson+légumes cuits+féculent), avec une quantité d’amidon raisonnable (ce qui revient à dire plus de viande, donc c’est un peu plus cher), on peut ajouter un laitage (mais cela ne dispense pas d’apporter un aliment minéral et vitaminé car le besoin en minéraux et vitamines sera mieux couvert, un laitage ne le couvrira jamais), une friandise type fruit peut aussi être ajoutée, et un os donné une fois par semaine, si la quantité consommée est en relation avec le format du chien.

Sur le site cuisine-a-crocs.com, vous pouvez trouver des rations de ce type pour un chien adulte en précisant que vous voulez moins d’amidon que possible, choisir viande/poisson, légume, féculent, ajouter un laitage de votre choix, et 1 ou 2 friandises parmi lesquelles un fruit par exemple…

[Références :
Axelsson E, Ratnakumar A, Arendt ML, Maqbool K, Webster MT, Perloski M, Liberg O, Arnemo JM, Hedhammar A, Lindblad-Toh K. The genomic signature of dog domestication reveals adaptation to a starch-rich diet. Nature. 2013;495(7441):360-364.
Dillitzer N, Becker N, Kienzle E. Intake of minerals, trace elements and vitamins in bone and raw food rations in adult dogs. Br J Nutr. 2011;106 Suppl 1:S53-S56.
Ovodov ND, Crockford SJ, Kuzmin YV, Higham TF, Hodgins GW, van der Plicht J. A 33,000-year-old incipient dog from the Altai Mountains of Siberia: evidence of the earliest domestication disrupted by the Last Glacial Maximum. PLoS One. 2011;6(7):e22821]

25 réflexions au sujet de « Que pensez-vous de l’alimentation BARF pour le Chien ? »

  1. Ping : Pourquoi pas de céréales dans les régimes BARF ? Le chien est-il un loup ? | Le Blog de Géraldine

  2. Un beau ramassis de bêtises écrites par quelqu’un qui n’a même pas pris le temps de faire un minimum de recherches…
    L’abréviation BARF n’a rien d’approximative et signifie (et a toujours signifié) Biologically Appropriate Raw Food.
    Le risque bactérien est quasiment réduit à néant puisque le chien (contrairement à l’Homme) à un système digestif physiologiquement adapté à la consommation de viande crue, notamment son estomac dont l’acidité est telle qu’aucune bactérie contaminante n’y survie. C’est aussi pour cela qu’un chien peut enterrer un os et le ressortir des mois plus tard sans être malade.
    Il en est de même pour les éventuels parasites pouvant contaminer les viandes, l’acidité gastrique va les détruire. Un chien nourri à l’alimentation industrielle a beaucoup plus de risque d’être contaminé par des parasites.
    L’équilibre nutritionnel, lui, peut tout à fait se faire sur la semaine et non sur la journée, le chien (comme l’Homme cette fois-ci) n’ayant pas besoin d’apport identiques chaque jour. Un carnivore sauvage ne mangeant pas « entrée – plat – dessert » quotidiennement… Malgré tout, beaucoup (pour ne pas dire la plupart) des barfeurs, conscients de l’effet de la domestication sur les habitudes alimentaires du chien, tentent d’équilibrer leurs rations au quotidien et font énormément de recherches dans le but de toujours améliorer l’équilibre des gamelles. Qui, dans la foultitude d’utilisateurs de croquettes, prend le temps de se demander si elles sont réellement adaptées et équilibrées ? qui lit réellement les étiquettes et en déchiffre les termes ? …
    Nombre de barfeurs ayant un vrai recul sur leur utilisation du BARF (je parle de dizaines d’années d’expérience) ont constaté les effets bénéfiques de celui-ci, l’absence de certaines maladies d’usure des organes digestifs rencontrées avec l’alimentation industrielle, et une longévité tout à fait similaire à celle des chiens nourris à l’industriel. Sans compter que l’alimentation est loin d’être le seul facteur de longévité, tout le monde le sait… cet argument est donc totalement infondé. J’ai moi-même vu l’un de mes chiens revivre (c’est le terme) grâce au passage au BARF après avoir conclut AVEC mon vétérinaire que les croquettes le tuaient à petit feu.
    Pour finir, bien évidemment les féculents sont absolument inutiles et superflus dans une ration équilibrée, dès lors que les autres nutriments (sources de protéines et matières grasses principalement) sont de QUALITE ! Ce qui n’est pas le cas dans les croquettes, et même si c’était le cas, la cuisson les dénature totalement. L’équilibre totalement fabriqué chimiquement de l’alimentation industriel est bien moins riche dans le sens nutritionnel qu’une alimentation de qualité non dénaturée. Un pseudo steak ayant chimiquement le goût de boeuf n’égalera jamais un vrai steak… Tout apport chimique quel qu’il soit est bien moins qualitatif et surtout bien moins assimilable par l’organisme qu’un apport naturel, ça tout le monde le sait.
    Demandez vous juste pourquoi aucun barfeur ne veut revenir à une alimentation industriel et pourquoi nous sommes tous si heureux de nourrir nos chiens de la sorte….
    merci de m’avoir lu.
    Merci de m’avoir lu.

    • bonjour Cindy,
      et merci de votre commentaire. Je crains que vous n’ayez mal compris mon propos…
      D’abord oui, il y a des rations barf équilibrées, environ 25% des rations qui ont été constatées, malheureusement cela revient à 1 chien sur 4 alimenté de cette manière correctement, et à 3 chiens sur 4 exposés à divers risques… De la modération donc !
      Il n’y a aucun jugement dans mon propos. Seulement des constats, tous étayés.
      Par exemple : la viande peut parfaitement être consommée crue, si sa qualité sanitaire est correcte, MAIS le risque parasitaire n’est pas supprimé, les oeufs de parasites passant parfaitement bien l’estomac ! Comme je l’ai écrit, on peut exposer son chien à ce risque, mais le risque doit être connu.

      Rien ne vous oblige à nourrir de manière industrielle, mais il en faut pour tout le monde. Et il y a mille manières de bien nourrir un chien. Je n’en prône aucune, je ne suis pas là pour juger.
      En tant que nutritionniste, j’estime que mon rôle est de pouvoir conseiller aux possesseurs de chiens et de chats pour qu’ils nourrissent en couvrant tous les besoins nutritionnels de leur animal, avec toutes ses caractéristiques individuelles, et en tenant compte de la volonté des maîtres : de ceux qui ne veulent pas d’aliment industriel, à ceux qui veulent absolument un aliment industriel…
      En tout cas merci de ce débat
      Dr.G.Blanchard

      • Le Dr Blanchard ayant aimablement fourni les références bibliographiques de son article, il serait de bon ton que la personne qui le critique en fasse de même. Je m’avoue extrêmement curieux de lire des articles scientifiques sur la destruction E. Coli, Salmonella spp et des parasites par le contenu de l’estomac des chiens. Parce que si c’est le cas, il faudra m’expliquer pourquoi on rencontre tand de gastro-entérites infectieuses ou parasitaires chez le chien.
        En tout cas merci à cette personne pour m’avoir bien fait rire.

    • Le Dr Blanchard ayant aimablement fourni les références bibliographiques de son article, il serait de bon ton que la personne qui le critique en fasse de même. Je m’avoue extrêmement curieux de lire des articles scientifiques sur la destruction E. Coli, Salmonella spp et des parasites par le contenu de l’estomac des chiens. Parce que si c’est le cas, il faudra m’expliquer pourquoi on rencontre tand de gastro-entérites infectieuses ou parasitaires chez le chien.
      En tout cas merci à cette personne pour m’avoir bien fait rire.

      • …posez vous « vraiment » la question « pourquoi on rencontre tant de gastro-entérites infectieuses ou parasitaires chez le chien. » ? …+ de 90%, si ce n’est 95 %, de la population canine est nourrie avec de l’alimentation industrielle, c’est à dire des croquettes. Merci de bien vouloir faire une analyse objective…si tant est que l’objectivité existe, et de ne pas tout mettre sur le dos du BARF ou de l’alimentation naturelle.
        Avez vous assisté(e) à la préparation des croquettes pour chiens ? Savez vous quels sont les ingrédients qui les composent ? Secret industriel, n’est ce pas !
        La plupart des analyses effectuées sur les croquettes font part de la présence de micro toxines, quant à la qualité des ingrédients c’est… recycler l’ensemble des déchets impossibles à commercialiser dans les chaînes de distribution humaine.

    • Bonjour Cindy,
      Pensez ce que vous voulez du BARF mais renseignez-vous un peu mieux sur les infections bactériennes et parasitaires intestinales du chien.
      Bien gastriquement,
      Isabelle la Salmonelle.

    • Cindy,
      Êtes-vous vétérinaire ou bien chien dans une vie antérieur?
      Comment pouvez-vous vous permettre de mettre en doute les compétences d’un médecin diplômé?
      Que vous ne soyez pas d’accord c’est une chose, mais de la à agresser un professionnel il y a un monde!!! Et elle est restée polie en vous répondant car moi soit je vous aurai envoyé sur les roses, soit (le mieux) vous laisser dans vos convictions! Mais au fond, elle a eu raison de répondre afin d’éviter que ce genre de commentaires tels que le vôtres donnent des mauvaises informations.. Mais à mon humble avis vous avez raté votre vocation, celle d’être vétérinaire!!

    • Bien dit
      Je pratique le regime barf pour mon berger allemand et je peux vous assurer que son vétérinaire est stupéfié de sa croissance et don bien être.
      J’ai reclasser mon chien dans sa catégorie de canide
      Donc carnivore.
      Je lui donne de tout
      Lapin avec sa fourure
      Tete d’agneau
      Poitrine de boeuf
      Les abats il en raffole ( estomac, tripe, coeur…)
      Poulet , dinde
      Est pour ses besoins en cellulose si bedoin existe je fais enrobé la viande de flocons d’avoine ou de son
      Et quelques petits fromages 3 fois par semaine.
      Vu son évolution et le resultat je ne changerais jamaisce mode dd’alimentation .
      Surtout que les chiens soumis au barf ne pue pas et les crottes petites sec et inodores.

      • bonjour
        super ! Comme je l’indique dans mon article, et selon une étude allemande sur de vraies rations barf, environ 25% des rations étudiées sont correctes et permettent de couvrir correctement les besoins nutritionnels des chiens, 25% pas 0 !
        bien cordialement

  3. « Un beau ramassis de bêtises écrites par quelqu’un qui n’a même pas pris le temps de faire un minimum de recherches… »
    Quand ce type de phrase vient critiquer un texte
    – écrit par une spécialiste diplômée en nutrition animale, et qui fait référence en la matière (si je ne m’abuse, le Dr Blanchard est présidente du Collège Européeen de Nutrition Vétérinaire, donc je pense qu’elle a du faire et doit encore faire « un minimum de recherches »),
    – étayé par des références bibliographiques,
    … on en sourirait presque, si ce n’était pas aussi agressif… Probablement que l’auteure de ce commentaire a fait des études encore plus poussées sur la nutrition animale, pour pouvoir être aussi affirmative (?).
    Bref, dire qu’aucune bactérie contaminante ne peut survivre dans l’estomac d’un chien (ce qui revient à dire qu’un chien ne peut pas faire de gastrite ou d’entérite bactérienne), ou encore que l’acidité gastrique tue les parasites montre assez bien de quel côté est l’ignorance.

  4. « Le chien est petit à petit devenu commensal de l’homme, gardant ses troupeaux et mangeant ses restes. L’homme a commencé à cultiver et cuire des céréales il y a plus de 7500 ans. Il en a certainement donné aux chiens qui vivaient avec lui. Il a aussi continué à lui donner les restes de viande et d’os des animaux dont il consommait plus volontiers la chair »
    Je me permets de citer un passage de votre autre article concernant la consommation de céréales chz les chiens car je trouve cela un peu absurde de dire aux gens de cuire la viande pour leur chien alors que vous citez vous même qu’au début de la domestication du chien il mangeait les restes de la nourriture ds hommes telle quelle donc CRUE…
    Je ne suis pas d’accord avec tous les principes du barf, mais le principe de donner de la viande CRUE oui ! Et c’est aussi l’avis d’excellents vétérinaires ! Je pense simplement que nous avons détruit son immunité par la création d l’alimentation industrielle…un chien nourrit depuis petit à l’alimentation naturelle pourra sans nul doute retaper la santé que ses parents lui auront donné, un chien nourrit depuis toujours aux croquettes bien sûr attrapera tout et n’importe quoi. Pour exemple nos deux chiens ne sont pas les mêmes sur ce plan : notre chienne nourrie aux croquettes dès petite est très fragile, maintenant au cru tout va bien, et notre deuxième rescapé de maltraitance à l’ile de la réunion, lui pourrait tout manger sans soucis !
    à bon entendeur,

    • bonjour
      je ne suis pas contre la viande crue, mais il faut connaitre les risques associés à sa consommation :
      *risque sanitaire : présence de bactéries, parfois pathogènes, salmonelle le plus souvent surtout sur la volaille
      *risque parasitaire : les oeufs de parasites sont détruits par la congélation et la cuisson
      Une fois que ces risques sont connus, à vous de les prendre ou non !
      bien cordialement

    • bonjour
      par glucides je suppose que vous voulez dire amidon : l’amidon n’est pas indispensables à la vie, mais c’est une source d’énergie bien digérée par le chien si l’amidon est cuit, et que la quantité est raisonnable.
      Le chien est un carnivore, mais, à la différence du loup, il a acquis cette capacité à digérer l’amidon, en même temps qu’il est devenu le gardien des troupeaux et qu’il a vécu au contact de l’homme.
      Il y a d’autres glucides : les digestibles (les sucres) et les non digestibles (les fibres).
      Il y a tous les types de glucides dans tous les végétaux, mais pas toujours ni dans les mêmes quantités ni dans les mêmes proportions.
      Pour les fibres, elles ne sont pas non plus indispensables, mais elles participent au transit et au confort digestif, et à la structuration des selles. Elles sont donc bien utiles !

      Dans le monde animal, les glucides sont des sucres (principalement le glucose) et le glycogène, quel l’on trouve en petite quantité dans les muscles.
      bien cordialement

  5. bonsoir,

    je viens de découvrir, grâce à ma véto, votre blog, très instructif- Je nourris mes chiens au BARF depuis 3 ans, j’ai élevé 2 portées de la même manière, et je suis très très contente du résultat, de la bonne santé de mes chiens et de mes chiots, leur évolution, leur croissance etc… par contre, je me pose des questions, je fais très attention à ce que je donne à mes chiens pour éviter les carences et là en vous lisant je suis un peu perdue… vous parlez de cuire les légumes pour une bonne digestion, j’ai appris, sur le forum du Barf, dont je fais parti, qu’il fallait surtout les mettre en purée, du coup c’est ce que je fais : je mixe carottes, courgettes, pommes ou légumes de saison et un peu de persil pour en faire une purée un peu liquide que je mélange à la viande…. à raison de deux ou trois c à soupe par gamelle !! qu’en pensez-vous ?
    Au sujet des féculents, j’ai également appris qu’il ne fallait pas en donner, que cela ne servait à rien ou alors du riz ou des pâtes cuits +++++ et rincés plusieurs fois pour éliminer l’amidon…
    merci de prendre le temps de me répondre

  6. Bonjour, réactions au post de Yaël. C’est un écrit agressif et manquant d’ouverture d’esprit et la cerise sur le gâteau c’est la phrase « un chien nourrit depuis toujours aux croquettes bien sûr attrapera tout et n’importe quoi. » Mes chiennes ont toujours été nourrie aux croquettes, et n’ont pas eu plus de maladies ou problèmes de santé que d’autres chiens. Les chiens ont évolué depuis des milliers d’années, il faudrait que les humains fassent de même. Cela s’applique également à Plé Cindy.
    Merci Mme Blanchart pour cet article documenté et sans parti pris.
    Cordialement

  7. Je suis vétérinaire et éleveuse de bernois. Je nourris actuellement 9 chiens au BARF depuis 3 ans et je ne me verrai pas en changer. Les féculents sont pour moi inutiles. Quand à dire qu’il faut cuire les légumes, cela enlève toutes les vitamines ! Et les risques sanitaires, et bien depuis 3 ans je n’en vois pas ! pas plus que les risques d’occlusion dûs aux os crus !

  8. Bonjour Docteur,
    Après avoir évoqué le passage au BARF de mon chien avec une de vos consoeurs (informée sur l’alimentation crue), cette dernière m’a envoyée vers votre blog.
    J’ai donc lu votre article et parcouru votre site avec beaucoup d’attention car je trouve que l’alimentation crue, qui se développe de plus en plus, manque cruellement d’avis vétérinaires renseignés et d’encadrement dans la démarche (quitte à le faire, autant le faire bien!). Je suis avide d’avis vétérinaires car je leur confère une plus grande valeur qu’à des inconnus sur internet.
    Néanmoins, je dois vous avouer que je ne comprends pas très bien votre position car ce que vous dénoncez dans vos articles ne fait pas partie d’un BARF fait sérieusement.
    1. Premièrement, pourquoi cette transcription erronée de l’acronyme BARF ? La publication du Docteur vétérinaire Billinghurst qui a mis au point le régime BARF est disponible facilement sur Internet. Et lui-même ne le transcrit pas en tant que « Bones And Raw Food ». De même que votre consoeur qui a effectué sa thèse à Maisons Alfort sur le BARF ne le retranscrit pas de cette façon non plus.
    2. Votre définition des os dits charnus « entendez par là qu’on a laissé un peu de viande » : une cuisse de poulet/dinde, un dos de poulet, on a pas « laissé » de la viande dessus, il y en a, c’est tout. C’est le principe d’un morceau charnu.
    3. Le risque sanitaire : toute personne qui « barf » sérieusement congèle ses stocks de viande, diminuant ainsi le risque de prolifération des bactéries. Quant à cuire la viande parce que le chien ne supporte pas les bactéries : donc l’instinct d’enterrer l’os/viande et le faire macérer, la préférence des chiens pour la viande faisandée vient d’où ? D’une perte de l’instinct de survie de la part de l’animal parce qu’il risque d’attraper des maladies ?
    Je préciserai par ailleurs que certains fournisseurs de viande pour animaux dont la viande est d’origine française subissent des contrôles sanitaires hebdomadaires dont les seuils de tolérance au niveau de bactéries sont PLUS BAS que ceux de la viande humaine.
    4. Le manque de vitamines, oligo-éléments, acides gras : les compléments existent en BARF et sont nombreux. On donne notamment des huiles de poisson (sauvage), du poisson, et divers autre compléments naturels dont vous pourrez trouver la liste facilement sur des sites complets.
    5. Les mauvaises pratiques : le déséquilibre alimentaire, la journée de jeûne, confondre carcasses et viande, donner trop d’os (et pas les bons, les os porteurs ne sont pas conseillés dans le BARF)… Elles existent partout et ce n’est pas parce que certains font mal les choses que tous sont dans ce cas. Dans ces cas là, on peut dire que les croquettes ne sont pas un régime alimentaire correct parce que certains donnent des croquettes de mauvaise qualité.
    En tant que propriétaire de chien non vétérinaire mais sincèrement intéressée par le sujet, je pensais avoir des réponses sur ce qui est avancé dans le BARF et qui fait débat, par exemple :
    Pourquoi recommandez vous la cuisson alors que dans la nature le chien qui va manger un peu d’herbes, fruits, baies ne les fera pas cuire (je vois faire mon chien, il ne ramasse pas l’herbe pour aller la faire cuire à la vapeur) ? Les pro-BARF affirment que le chien ne peut digérer la cellulose correctement, d’où le fait qu’on réduise les fruits et légumes en purée. Et que cuire les aliments n’a aucun intérêt nutritionnel pour le chien. Qu’en est-il vraiment ?
    Pourquoi ajouter une source d’amidon alors que les chiens semblent s’en passer naturellement (quel chien sauvage irait se servir dans une rizière et cuire son riz) ? Par ailleurs, on lit souvent que le chien ne produit pas beaucoup d’enzymes qui servent à assimiler les céréales/légumes/fruits. Qu’en est-il ? N’est-ce pas parce que nous avons habitué nos chiens aux céréales parce que cela coûte moins cher dans les croquettes ?

    Enfin, vous terminez en disant, « le barf c’est pas terrible mais vous pouvez me contacter pour avoir des recettes (payantes) et acheter mes produits ». Je comprends alors qu’effectivement se positionner publiquement en faveur du BARF n’ait pas d’intérêt car pour le BARF toutes les informations sont trouvables sans payer.
    Est-ce vraiment une position différente de celle du vétérinaire qui m’a proposé des croquettes digestive à +80€ le paquet lorsque je lui ai expliqué que mon chien a testé 6 marques de croquettes, n’en a toléré correctement aucune (diarrhées, vomissements, refus de s’alimenter, pertes de poils, allergies) ?
    Vous pourriez aller consulter le site et le groupe Facebook de Tribu Carnivore pour voir ce qui se pratique vraiment dans les foyers français où les animaux sont nourris au cru.
    Pour conclure, je trouve dommageable de ne pouvoir avoir d’avis vétérinaire pour condamner/encenser/encadrer les transitions alimentaires. Je serais sincèrement intéressée par un avis positif ou négatif, mais renseigné et dépourvu de conflit d’intérêt… Je comprends qu’un vétérinaire qui vend des croquettes ne conseille pas le BARF. Pourtant c’est une réelle tendance, avec de réels retours d’expérience (qui ne sont pas anecdotiques), tous les jours des personnes se présentent sur les groupes de BARF en disant : « mon chien ne tolère plus ses croquettes, je passe au BARF », « depuis le passage au BARF, mon chien n’a plus de problème de peau ni de digestion par rapport aux croquettes à 90€ le paquet ».

    Merci de m’avoir lue

    Bien cordialement,
    Alex

    • bonjour et merci de vos commentaires. Vos remarques étant posées et structurées, je me permets de vous répondre point par point.
      ***
      Néanmoins, je dois vous avouer que je ne comprends pas très bien votre position car ce que vous dénoncez dans vos articles ne fait pas partie d’un BARF fait sérieusement.
      GB> je n’ai pas de position de principe. Je n’ai pas à me positionner pour ou contre.
      Je veux simplement indiquer que, contrairement à ce que vous lisez sur les forums pro-barf (ou anti-barf) le monde n’est pas blanc et noir, et je vois en consultation des catastrophes, et non…tout le monde ne sait pas bien faire. Comme je l’ai indiqué, dans une étude allemande de 100 régimes barf rapportés par les propriétaires, 24% sont bien équilibrés, 76% ne le sont pas. Il y a donc des raisons d’informer.
      De plus, on lit énormément de confusion.
      Enfin, les besoins nutritionnels des chiens sont assez bien (même si imparfaitement) définis, et les couvrir par de barf ou un autre type d’alimentation n’est pas un dogme pour moi. Je suis confrontée tous les jours à des situations très variées, et j’essaie modestement mais sérieusement et sincèrement, de répondre à chacun, pour que les besoins du chien soient couverts, en respectant au mieux la volonté du propriétaire. Aucun dogmatisme dans mes propos.

      1. Premièrement, pourquoi cette transcription erronée de l’acronyme BARF ? La publication du Docteur vétérinaire Billinghurst qui a mis au point le régime BARF est disponible facilement sur Internet. Et lui-même ne le transcrit pas en tant que « Bones And Raw Food ». De même que votre consoeur qui a effectué sa thèse à Maisons Alfort sur le BARF ne le retranscrit pas de cette façon non plus.
      > C’est simple, il n’y a pas de définition légale, par plus que de traduction officielle, ou qui fasse référence, et je n’ai pas plus le droit que quelqu’un d’autre d’affirmer.
      > Je suis avant tout une scientifique.

      2. Votre définition des os dits charnus « entendez par là qu’on a laissé un peu de viande » : une cuisse de poulet/dinde, un dos de poulet, on a pas « laissé » de la viande dessus, il y en a, c’est tout. C’est le principe d’un morceau charnu.
      > Tout le monde ne le comprends pas ainsi. De plus, entre les différents morceaux que vous évoquez, il y a de grandes différences nutritionnelles -répartition entre os/viande/gras- ce qui change l’apport en nutriments (calories, protéines, mat. grasses, minéraux …) et ce n’est pas prédictible : les uns appellent os charnu une cuisse de poulet, les autres un dos de poulet… impossible de savoir à quoi on a affaire, et c’est bien le problème ! Car tous les nutriments ne sont pas anodins : les excès existent et peuvent être toxiques. Sola dosis venenum facit. La dose fait le poison… même pour certains nutriments pourtant indispensables.

      3. Le risque sanitaire : toute personne qui « barf » sérieusement congèle ses stocks de viande, diminuant ainsi le risque de prolifération des bactéries. Quant à cuire la viande parce que le chien ne supporte pas les bactéries : donc l’instinct d’enterrer l’os/viande et le faire macérer, la préférence des chiens pour la viande faisandée vient d’où ? D’une perte de l’instinct de survie de la part de l’animal parce qu’il risque d’attraper des maladies ?
      Je préciserai par ailleurs que certains fournisseurs de viande pour animaux dont la viande est d’origine française subissent des contrôles sanitaires hebdomadaires dont les seuils de tolérance au niveau de bactéries sont PLUS BAS que ceux de la viande humaine.
      > La congélation ne tue pas les bactéries.
      > La congélation tue seulement les parasites, comme le tenia. Ce n’est pas du tout la même chose.
      > Je suis tout à fait d’accord sur le constat qu’un chien va enterrer un os, et le déterrer plus tard, le ronger… mais rien ne vous dit qu’il ne va pas le vomir. Si vos chiens vivent dans un jardin et sont assez rustiques pour le tolérer, cela reste votre chien. Mais en tant que vétérinaire, et nutritionniste, il m’est impossible de ne pas prévenir de ce risque sanitaire (bactérien et parasitaire). A vous de le prendre ou non. Je ne fais qu’informer.

      4. Le manque de vitamines, oligo-éléments, acides gras : les compléments existent en BARF et sont nombreux. On donne notamment des huiles de poisson (sauvage), du poisson, et divers autre compléments naturels dont vous pourrez trouver la liste facilement sur des sites complets.
      GB> c’est très bien, il faut complémenter. Mais des tas de choses ne sont pas dites, qui pourraient l’être : si vous achetez des huiles de poisson (source d’acides gras omega 3 à très longue chaine EPA et DHA) en capsules, elles sont bien protégées, mais en flacons à pompe, elles sont oxydées après quelques heures par contact avec l’air. De plus, l’huile de poisson n’apporte pas tous les acides gras nécessaires au chien : d’où la recommandation d’apport d’huile de colza, ou de soja.

      5. Les mauvaises pratiques : le déséquilibre alimentaire, la journée de jeûne, confondre carcasses et viande, donner trop d’os (et pas les bons, les os porteurs ne sont pas conseillés dans le BARF)… Elles existent partout et ce n’est pas parce que certains font mal les choses que tous sont dans ce cas. Dans ces cas là, on peut dire que les croquettes ne sont pas un régime alimentaire correct parce que certains donnent des croquettes de mauvaise qualité.
      GB> Tout à fait, les mauvaises pratiques sont légion. Nous essayons d’en parler. Je suis donc ravie de pouvoir le préciser. La quantité totale d’os est un vrai risque avec les régimes barf, en tant que vétérinaire, nous voyons des choses que vous n’imaginez surement pas. Il est important que les propriétaires sachent que la quantité compte, pas seulement la qualité. Même si, je suis de votre avis, la qualité a une grande importance dans tous types d’alimentation, y compris évidemment industrielle.

      En tant que propriétaire de chien non vétérinaire mais sincèrement intéressée par le sujet, je pensais avoir des réponses sur ce qui est avancé dans le BARF et qui fait débat, par exemple :
      Pourquoi recommandez vous la cuisson alors que dans la nature le chien qui va manger un peu d’herbes, fruits, baies ne les fera pas cuire (je vois faire mon chien, il ne ramasse pas l’herbe pour aller la faire cuire à la vapeur) ? Les pro-BARF affirment que le chien ne peut digérer la cellulose correctement, d’où le fait qu’on réduise les fruits et légumes en purée. Et que cuire les aliments n’a aucun intérêt nutritionnel pour le chien. Qu’en est-il vraiment ?
      GB> Le chien tolère bien les fruits crus, qui ne contiennent pas les mêmes fibres que les légumes. Quand on donne des légumes au chien, dans la majorité des cas, ils ressortent intact (essayez avec des morceaux de carotte, on les voit assez facilement pour le constater de visu). La structure fibreuse des légumes est en partie cassée par la cuisson, ce qui permet de récupérer plus d’éléments.
      De plus, il y a des chiens, et non un chien, et les chiens d’aujourd’hui, pour leur majorité, sont sédentaires (ce qui réduit leur besoin calorique) et souvent stérilisés (ce qui réduit encore leur besoin calorique). Comme ils tolèrent et apprécie ces légumes, cela permet d’en donner une quantité plus grande et d’apporter du volume à la gamelle, sans apporter de calorie. C’est donc intéressante à utiliser. On n’en utilise qu’une petite quantité chez des chiens qui sont très actifs, et dans ce cas, juste pour la qualité du transit digestif.

      Pourquoi ajouter une source d’amidon alors que les chiens semblent s’en passer naturellement (quel chien sauvage irait se servir dans une rizière et cuire son riz) ? Par ailleurs, on lit souvent que le chien ne produit pas beaucoup d’enzymes qui servent à assimiler les céréales/légumes/fruits. Qu’en est-il ? N’est-ce pas parce que nous avons habitué nos chiens aux céréales parce que cela coûte moins cher dans les croquettes ?
      GB> Il n’y a pas de besoin en amidon chez le chien. C’est seulement une source d’énergie pas chère bien tolérée et bien digérée (c’est une différence génétique démontrée avec le loup) par la plupart des chiens même si il y a une grande variabilité, et des chiens qui en tolèrent plus que d’autres. L’intérêt est donc de pouvoir donner une partie des calories sous forme d’amidon bien cuit pour diminuer la quantité de viande (et de graisse, mais secondairement) et diminuer ainsi le coût de la ration. De plus, il existe des maladies chez le chien qui nécessitent une diminution de la quantité de protéines et lipides, et l’amylase étant inductible, si un chien n’en a jamais consommé, il aura des difficultés à le digérer alors. Bref, c’est la raison pour laquelle il peut être malin d’en incorporer un peu dans la ration.
      En revanche, comme vous le lirez dans d’autres pages, le chiot a une activité amylasique très réduite avant 5 semaines, et je déconseille de donner des croquettes ou une source d’amidon au chiot avant cet âge. Je préfère commencer à en incorporer très peu, mais un peu tout de même, autour du sevrage, quand l’équipement enzymatique l’y encourage.

      Enfin, vous terminez en disant, « le barf c’est pas terrible mais vous pouvez me contacter pour avoir des recettes (payantes) et acheter mes produits ». Je comprends alors qu’effectivement se positionner publiquement en faveur du BARF n’ait pas d’intérêt car pour le BARF toutes les informations sont trouvables sans payer.
      GB> Cher monsieur, c’est une déformation de mes propos. Je dis qu’il y a des écueils à éviter si vous voulez proposer une alimentation bard, et que, si vous ne savez pas comment faire, mon métier est de formuler des recettes équilibrées et adaptées au chien. C’est mon métier, j’ai fait de longues études pour cela, et je n’en ai pas honte. Je n’oblige personne. Quant aux produits de la gamme Vit’i5, ils sont formulés pour équilibrer des rations contenant de la viande ou du poisson. Si nous les vendons c’est qu’ils n’intéressent pas les gros laboratoires. En tant que nutritionniste, je préfère proposer des produits dont je connais la composition, qui ne contiennent que les minéraux et vitamines et oligo-éléments indiqués et de la levure de bière (et pas d’arôme, de cellulose purifiée, de sel, de sucre …), et en respectant la législation, de manière à pouvoir équilibrer des rations, et sans que le produit passe pour des friandises qu’elle n’est pas (car oui l’excès de Vit’i5 aussi serait toxique !). Là encore, je n’ai pas honte de ce que je fais.

      Est-ce vraiment une position différente de celle du vétérinaire qui m’a proposé des croquettes digestive à +80€ le paquet lorsque je lui ai expliqué que mon chien a testé 6 marques de croquettes, n’en a toléré correctement aucune (diarrhées, vomissements, refus de s’alimenter, pertes de poils, allergies) ?
      > Il me semble que oui ! Je ne peux que regretter que votre vétérinaire ne soit pas plus formé en nutrition pour pouvoir vous avoir directement proposé une ration ménagère équilibrée (avec une quantité d’amidon réduite)…
      Il est probable que vendre un savoir faire en France a toujours l’air un peu suspect. Tant pis. Je suis docteur vétérinaire, docteur en nutrition, agrégée d’alimentation des écoles vétérinaires françaises, spécialiste européen en nutrition vétérinaire et comparée (et ce titre de spécialiste doit être certifié tous les 5 ans), j’ai été professeur à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort et Senior Lecturer à University of Queensland (Australie).
      Je suis la seule Spécialiste en nutrition clinique vétérinaire (ce titre est officiel) à exercer une activité privée indépendant et à en vivre (les autres sont dans les écoles vétérinaires ou dans l’industrie du petfood).
      Je fais mon travail honnêtement. Si vous trouvez le même conseil gratuitement, je ne peux que vous encourager à poursuivre.

      Vous pourriez aller consulter le site et le groupe Facebook de Tribu Carnivore pour voir ce qui se pratique vraiment dans les foyers français où les animaux sont nourris au cru.
      GB> La seule étude scientifique réalisée en France est celle que j’ai publiée avec mon équipe (Journal of Nutrition.2006;136: 1951S–1954S) et nous avons constaté que
      37% des propriétaires de chien donnent uniquement des aliments industriels
      14% de propriétaires de chiens donnant une ration ménagère ou assimilée (le barf… en faisant partie), et pas d’aliment industriel
      les autres soit 48% donnent des aliments industriels (croquettes ou pâtée ou les deux) ET des aliments ménagers.
      Par ailleurs 89% des propriétaires donnent des friandises à leur chien.
      C’est un constat, une photographie. Aucun jugement à porter.
      Mais mon métier de nutritionniste étant de permettre à un propriétaire d’être sûr que ce qu’il donne est équilibré et quantitativement adapté, je propose via internet (ainsi c’est accessible au plus grand nombre) des solutions pour répondre à ces questions. Et comme il faut développer des systèmes informatiques complexes (car nous prenons en compte une quarantaine de critères qui s’entrelacent), nous développons au gré des progrès scientifiques que nous pouvons capter ou même financer (car l’équilibre d’une ration ménagère n’intéresse pas beaucoup d’industriel, c’est donc ma société qui le finance) et des progrès informatiques (oui ça a l’air si simple de proposer des recettes, mais pour qu’elles soient valides, et fiables, et simples pour le propriétaires, en tenant en compte la variété de la population canine, bref pour proposer du sur mesure, c’est une autre histoire).

      Pour conclure, je trouve dommageable de ne pouvoir avoir d’avis vétérinaire pour condamner/encenser/encadrer les transitions alimentaires.
      GB> Il y a certainement une page sur les transitions alimentaires sur mon blog…
      http://blog.cuisine-a-crocs.com/2016/05/17/transition-vous-avez-dit-transition-alimentaire/
      Si vous n’y trouvez pas les réponses à vos questions, n’hésitez pas à les poser, je tâcherais d’y répondre au mieux.

      Je serais sincèrement intéressée par un avis positif ou négatif, mais renseigné et dépourvu de conflit d’intérêt… Je comprends qu’un vétérinaire qui vend des croquettes ne conseille pas le BARF. Pourtant c’est une réelle tendance, avec de réels retours d’expérience (qui ne sont pas anecdotiques), tous les jours des personnes se présentent sur les groupes de BARF en disant : « mon chien ne tolère plus ses croquettes, je passe au BARF », « depuis le passage au BARF, mon chien n’a plus de problème de peau ni de digestion par rapport aux croquettes à 90€ le paquet »
      GB> Comprenez le barf, et ce sera peut être ma seule prise de position, le barf équilibré et sans risque, et faisable au long court assez facilement, en prenant en compte les caractéristiques des chiens, s’appelle une ration ménagère où la viande peut être donnée crue en connaissance de cause -et oui, parce que nous sommes en France, ce n’est pas partout ainsi-, des légumes (cuits), des fruits (crus), de l’huile de colza et un peu de féculent (ou pas), et un complément de minéraux et vitamines et oligo-éléments adaptés (parce que sinon en tant que professionnelle je ne peux garantir la couverture des besoins), et où on peut donner un os type jarret par semaine à un chien.
      > A moi de conclure maintenant : les erreurs alimentaires ne tuent pas vite. C’est heureux, car peu d’individus sont très bien nourris. Mais elles impactent la santé au long cours. Alors si quelqu’un veut éviter ces erreurs, et que je serve à cela, j’en suis très heureuse.
      Merci encore de vos questions, qui m’ont permis, je l’espère, de vous éclairer un peu.

  9. Bonjour,

    J’ai attentivement lu votre article, car je suis en train de me renseigner sur un régime sans céréales pour mon chien qui présente a priori des problèmes digestifs.
    J’ai pensé à la ration ménagère, mais financièrement, c’est trop chère, tout comme le BARF. D’où ma question : une alimentation de type croquettes sans céréales, est-elle quand même équilibrée pour un chien ? Quel est le rôle réel des céréales sur sa santé ?

    Je vous remercie pour votre réponse, en espérant ne pas être passée à côté de la réponse ailleurs dans votre blog.

    Bien cordialement

    Roxane

  10. Bjr, actuellement aux croquettes sans céréales je voulais passer au BARF mais quand je prends tous les calculateurs ration barf pas un est égal à l’autre. ça me fait rire et en même temps c’est du n’importe quoi ces calculateurs car si c’est pour la bonne santé de l’animal tous les calculateurs devraient donner le même résultat et même si c’est de la théorie aucun est bon car pour être sûre d’une bonne ration le passage nutritionniste canin est obligatoire donc les barffeurs revoyez vos sites ou blogs car je ne citerai pas ni le site ou blog mais quand j’ai montré une recette barf à un nutritionniste canin celui-ci à bien rigolé car aucun équilibre alimentaire donc avant de critiquer les croquettes revoyez vos recettes barf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>