Régime BARF (viande crue) chez le chat : risques associés

poulet cruUne salmonellose clinique a été récemment diagnostiquée en Italie chez deux chats d’une même famille nourris avec de la viande crue (régime BARF, en savoir plus chez le chien, chez le chat). Un aliment du commerce à base de viande crue de poulet acheté congelé via Internet serait à l’origine de cette contamination.
L’occasion de revenir sur 2 risques distincts associés à la consommation de viande crue :

1. Le risque bactérien : toujours présent avec de la viande crue, il est diminué seulement par la cuisson. Même si, en France, l’habitude de consommation de viande crue est élevée et les contrôles sanitaires de la production (élevage), à salmonellela distribution en passant par l’abattage rend ce risque moindre que dans d’autres pays, ce risque de contamination par des bactéries plus ou moins pathogènes (salmonelles, E.coli, clostridies ou listeria par exemple) reste réel.
La viande doit donc être de qualité sanitaire irréprochable pour pouvoir être donnée
crue. En cas de doute, il est préférable de la cuire (blanchie ou cuite à la vapeur) pour atteindre 70°C à cœur.

2. Le risque parasitaire : car des œufs ou larves de parasites (Taenia par exemple mais pas seulement) peuvent être présents sans être visibles à l’œil nu dans la viande. Ils ne sont tués que par la cuisson ou la congélation prolongée.

La salmonellose reste une maladie assez rare chez le chat, à l’origine de troubles majoritairement gastro-intestinaux mais pouvant dans certains cas graves entraîner une septicémie fatale (cf. référence ci-dessous).
Il existe également un risque de contamination pour les propriétaires puisque la salmonellose fait partie des zoonoses  (= maladie / infection dont les agents se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l’homme et vice-versa), les salmonelles étant excrétées dans les selles.

Shane L. Stiver, Kendall S. Frazier, Michael J. Mauel, and Eloise L. Styer (2003) Septicemic Salmonellosis in Two Cats Fed a Raw-Meat Diet. Journal of the American Animal Hospital Association: November/December 2003, Vol. 39, No. 6, pp. 538-542.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>