Les huiles végétales sont-elles bonnes pour les carnivores?

Question d’un lecteur :

 » Bonjour. un membre de mon forum me dit que l’huile de colza (l’huile végétale d’une manière générale) n’est pas digérée par les carnivores stricts. Mais je n’ai pas réussi à trouver une source fiable à ce sujet. Vu que vous en prescrivez dans vos recettes peut-être pouvez vous éclairer notre lanterne sur ce sujet.

Les huiles végétales sont-elles bien digérées (leur AGE notamment) par les carnivores stricts?

Merci. »

Réponse : Oui les huiles végétales, comme l’huile de colza, sont bien utilisées par les carnivores si elles ne sont pas oxydées bien sûr.La preuve ? Elle existe ! Quand on ajoute de l’huile de colza (ou une autre huile végétale contenant des acides gras polyinsaturés comme une huile de poisson ou de lin) dans le régime alimentaire, on mesure la modification de la composition en acides gras dans les phospholipides des globules rouges.Cette modification est significativement visible en un mois. C’est la raison pour laquelle il faut apporter des acides gras essentiels (oméga 6 et oméga 3) en permanence dans l’alimentation, et non en cure.

Les graisses saturés sont une bonne source d’énergie (calories) bien utilisée chez les carnivores, mais elles ne suffisent pas, car elles ne contiennent pas ces acides gras essentiels.

Quelles sont les conséquences d’une carence en acides gras essentiels ?

On peut voir en quelques semaines à quelques mois les signes suivants :

  • poil et peau en mauvais état
  • troubles de la reproduction
  • troubles de la coagulation et de l’immunité…

Les huiles comme l’huile de colza contiennent des triglycérides, eux-même composés de 3 acides gras estérifiés entre eux pour faire une molécule de triglycérides. Quand l’huile est consommée, les triglycérides sont digérés et les acides gras séparés les uns des autres. Ils entrent dans l’organisme grâce à la bile dans l’intestin, et sont re-estérifiés dans les entérocytes. Ensuite ils entrent dans l’organisme via les lipoprotéines intestinales. Ces dernières sont distribuées dans tout l’organisme et les différentes cellules ont à leur disposition ces acides gras en proportion reflétant la composition des graisses alimentaires.

Voici peut-être le pourquoi de cette idée reçue :

  • huile de sojaquand on donne à un carnivore une ration hyper grasse (comme les rations consommées par les chiens de traineau en compétition dans le grand nord, et que la quantité de lipides représente 80% de la ration, alors là, il y a
  • un petit apport en huile végétale pour l’apport en acides gras essentiels, très bien digérée
  • une grande majorité des graisses est apportée dans ces rations-là, sous forme de graisses saturées (animales). A ces quantités là, énormes, alors les graisses saturées sont plus faciles à « digérer ».
    Mais c’est parce qu’il y en a une très grande quantité de graisses. Ce n’est pas du tout le cas pour les rations ménagères pour un chat ou un furet.

En résumé, l’huile de colza pour les carnivores

Oui, si elle est de bonne qualité, c’est une bonne source d’acides gras essentiels, nécessaires aux carnivores comme le chat ou le furet.

Ces acides gras se trouvent dans le cerveau, les yeux, ainsi qu’un peu dans les muscles quand un furet ou un chat consomme une proie comme une souris ou un oiseau.

Référence

Waldron MK1, Hannah SS, Bauer JE. Lipids. 2012.

Dr Vet Géraldine Blanchard

Articles connexes sur les huiles dans l’alimentation ménagère

Peut-on donner de l’huile de coco à son chat ?

Peut-on donner de l’huile de poisson dans une ration ménagère ?

Besoin d’une recette sur mesure? Créez un compte sur le site cuisine-a-crocs.com !
Les huiles sont-elles moins bien digérées que les graisses animales par le chat et le furet ?
Partager !

2 avis sur « Les huiles sont-elles moins bien digérées que les graisses animales par le chat et le furet ? »

  • 26 mai 2016 à 5 h 28 min
    Permalien

    Bonjour, pourquoi ne pas diversifier les huiles et leurs bienfaits? Ainsi, pourrait-on mêler dans une ration journalière: huile de colza, poisson, krill, et bourrache ? (Je serais pour 100 % de source marine, mais l’odeur est très repoussante pour mon petit félin !)

    Répondre
    • 7 juin 2016 à 17 h 51 min
      Permalien

      bonjour il faut certains acides gras et ils ne sont pas tous dans les huiles marines que vous citez. D’où l’intérêt de l’huile de colza (qui apporte acide linoléique, un omega 6, et acide alpha-linolénique, un omega 3, tous deux indispensables). Mais on peut apporter une petite part d’autres huiles également, pour peu qu’elles soient bien conservées, car ces huiles que vous indiquées viennent de poissons et crustacés des mers froides, avec beaucoup d’omega 3 à chaine très longue (EPA, DHA) utiles en petite quantité, mais qui ne dédouane pas du besoin pour les autres acides gras cités. De plus ces acides gras omega 3 à chaine très longue se conservent très mal, ils s’oxydent vite au contact de l’air, les rendant non seulement inefficaces mais aussi mal tolérés en terme digestif.
      merci de votre intérêt pour la nutrition !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *