chien trop gros

Est-ce si difficile d’admettre que son chien est trop gros ?

Est-il vraiment trop gros d’ailleurs ?

Il est toujours délicat de réaliser que son propre chien est en surpoids ou obèse. Pour le vétérinaire, c’est plus facile à constater, mais parfois tout aussi difficile de le communiquer ! Entre « il est en surpoids » considéré comme « pas grave » et « il est obèse », parfois pris comme une insulte…

Etes-vous prêt pour un peu d’objectivité… ?

obésité chienIl y a le constat technique, professionnel « tiens, ce chien devrait être moins lourd, moins gros, plus mince… » ce qui est évalué grâce à des échelles tout ce qu’il y a de scientifique. Différentes méthodes existent,  soit en comparant à des silhouettes,  soit par palpation en comparant à des descriptifs, soit en mesurant la masse grasse par des mesures ou examens plus ou moins poussés…

En pratique, le plus difficile est d’évaluer avec précision le poids optimal d’un animal (c’est le poids correspondant à une teneur en masse grasse de l’ordre de 20%, entre 15 et 20% selon la race pour un chien adulte). Car c’est à cette condition que l’on peut correctement mettre en place la perte de poids.

Quand on dit à quelqu’un, avec toutes les précautions du monde, « votre chien est en surpoids », cela ne semble pas très grave, et donc ce n’est pas toujours reçu par le propriétaire comme un constat nécessitant une action.

Quand on dit au propriétaire « votre chien est obèse », on a parfois presque l’impression de l’insulter. Alors qu’on souhaite rendre service à l’animal, faire notre travail en somme !

Pourquoi ce focus sur le surpoids ?

Parce qu’il impacte négativement la santé (cela fait l’objet d’un autre article !)

BCS chien adapté de states of change GBLa manière dont le propos est reçu, entendu et traité peut dépendre de l’état d’esprit du propriétaire face au constat. Nous avons adapté au propriétaire d’un animal de compagnie, l’ouvrage Changing for good, de Prochaska et al. (référence en fin de ce post, les termes en italiques ci-dessous font référence aux états décrits par les auteurs). Voici l’état d’esprit que l’on peut rencontrer, avec tous les états intermédiaires possibles :

* vous pensez « mais non il n’est pas gros, c’est un grand chien, il est beau mais pas gros, un Labrador ce n’est pas un lévrier, je n’aime pas voir ses côtes… »

> vous êtes en precontemplation… pas encore conscient de la réalité
> que faire ? ne pas culpabiliser, passer en mode « soyons objectif », chercher une méthode qui vous aide à évaluer l’état corporel réel…

* vous pensez « il est un peu rond, mais on ne va pas le priver, on ne va pas l’embêter à son âge… »

> vous êtes en contemplation… conscient de l’état, mais ni du fait qu’il peut changer, ni de son potentiel négatif sur la santé ou l’espérance de vie de votre chien
> que faire ? ne pas culpabiliser, passer en mode « le surpoids est-il un problème ? », « que puis-je faire pour aider mon chien ? »

* vous pensez « il est un peu trop gros, perdre du poids lui ferait du bien, mais c’est difficile, je n’ai pas le temps de m’en occuper en ce moment, mais on mettra cela en route bientôt… »

> vous êtes en mode preparation… conscient de l’état et de son potentiel négatif, mais pas du fait qu’il peut changer
> que faire ? ne pas culpabiliser, passer en mode « qui peut m’aider à faire perdre du poids à mon chien sans l’affamer »

* vous pensez « mon chien doit perdre son surpoids pour aller mieux, courir sans être essoufflé, soulager ses articulations, soulager son coeur, entretenir sa musculature… pour qu’il vive en meilleure santé, plus longtemps… »

> vous êtes en mode decision… conscient de l’état et de son potentiel négatif, et désireux de le traiter pour aider votre chien
> que faire ? faire entrer votre chien dans un programme de perte de poids

> comment ? demander de l’aide à votre vétérinaire (cela permettra d’avoir un avis objectif sur le poids optimal, et d’écarter des causes non nutritionnelles) ou des recettes sur mesure sur cuisine-a-crocs.com (vous pouvez commencer par cela, et si le poids ne diminue pas, demander de l’aide à votre vétérinaire)

* vous pensez « mon chien va beaucoup mieux grâce à la perte de poids obtenue, et je veux qu’il reste à son état corporel optimal pour son bien-être

> vous êtes en mode maintenance… conscient-e du bénéfice obtenu par la perte de poids, et désireux qu’il conserve cet état le plus longtemps possible

> que faire ? peser régulièrement votre chien, en ajustant ses recettes si son activité ou son mode de vie change…

Alors prêt ?

Reference

Prochaska, Norcross & Diclemente. Changing for good, HarperCollins Publishers, 1995.

Est-ce si difficile d’admettre que son chien est trop gros ? Est-il vraiment trop gros d’ailleurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *