Alimentation d’un chien ou d’un chat souffrant d’insuffisance rénale

50% de ces chats refusent de consommer un aliment diététique industriel pour Insuffisance Rénale Chronique.

Le PIRE : il y a plusieurs « PIRE » !!!
« il ne doit manger que mon aliment pour IRC et rien d’autre »… attention : la transition alimentaire doit être progressive, préparée, en restant au moins en première intention dans le même type d’alimentation que d’habitude. De plus quand un aliment industriel diététique n’est pas consommé, il est possible de proposer une ration ménagère qui, si elle est bien calculée et respectée, sera au moins aussi bien adaptée à la situation
« il peut manger ce qu’il veut » … en phase tout à fait terminale, on peut comprendre ce discours, mais en IRC débutant ou modérée, ou même avancée, ce n’est pas acceptable. L’alimentation bien adaptée est le meilleur atout pour ralentir la progression de la maladie rénale chronique (les traitements médicaux sont utiles mais seulement si l’alimentation est bien adaptée).

Le Principe

Adapter la ration à ce que l’animal veut bien consommer…en restant dans le cadre d’une alimentation équilibrée et adaptée à sa situation : il peut s’agir d’aliments complets pour IRC, ou d’une ration mixte sur mesure, ou d’une ration ménagère sur mesure.

CE QU’ON RECHERCHE

  • besoins nutritionnelsCouvrir les besoins, en particulier énergétique (pour maintenir le poids), mais pas seulement
  • Diminuer les déchets à traiter et les sources de substances toxiques pour le rein (réduire l’apport en phosphore par une baisse d’apport ou une baisse d’absorption, éviter l’excès de protéines tout en couvrant le besoin d’au moins 5 grammes de protéines par jour par kg de poids optimal -pas moins- et éviter un excès de sodium -ce qui ne signifie pas diminuer le sodium autant que possible)
  • Conservant les apports essentiels (besoin en protéines et acides aminés indispensables, calcium, vitamines…) et favoriser les molécules bénéfiques à la fonction rénale (acides gras poly-insaturés de la série 3, en particulier EPA/DHA en plus des autres, potassium, Ca/P de la ration finale entre 2 et 2,5) et à l’appétit (protéines, lipides, zinc, sodium).
  • Limiter l’apport de fibre insoluble au minimum pour assurer le transit, et apporter des fibres solubles pour générer des fermentations intestinales favorables à la multiplication des bactéries non pathogènes, dans l’espoir de capter une part de déchets azotés.
  • Limiter le taux de cendres brutes à l’apport minéral essentiel.
  • Augmenter le ratio phospho-calcique (Ca/P > ou = à 2), et limiter la quantité de phosphore au minimum (dans tous les cas, moins de 1g P/Mcal)
  • Veiller à un apport de potassium suffisant et de sodium limité, avec un ratio K/Na supérieur à 1 voire 2. SUIVRE la kaliémie et ajuster la ration au besoin, en cas d’hypo comme d’hyper

Exemple-type (il y a plein d’autres possibilités) de ration ménagère adaptée pour un chat castré sédentaire, de poids optimal 5kg, en insuffisance rénale de stade 2-3
(cette recette est équilibrée, la quantité dépend du poids) – les ingrédients sont pesés crus – viande, légumes et flocoins sont à donner  cuits.

Pour une journée, à préparer et distribuer en 4 repas

55 g Blanc Poulet-Dinde
45 g Viande Boeuf 15%, Porc échine
5 grammes (6 ml) Vit’i5 Bleu
5 ml Huile de Colza crue
40 g de Har. verts / Carotte
5 g Flocons d’avoine (poids sec)

+ 1 ml d’huile de poisson des mers froides (percer une capsule et mélanger à un repas juste avant distribution, sans chauffer)

 

Source – Pastoor FJ, Opitz R, Van ‘t Klooster AT, Beynen AC. Dietary calcium chloride vs. calcium carbonate reduces urinary pH and phosphorus concentration, improves bone mineralization and depresses kidney calcium level in cats. J Nutr. 1994 Nov;124(11):2212-22.
Etudes réalisées au : Department of Laboratory Animal Science, Faculty of Veterinary Medicine, Utrecht University, The Netherlands.

Source – Brown S.A., Brown C.A., Crowell W.A., Barsanti J.A., Kang C.W., Allen T, Cowell C., Finco D.R., Effects of dietary polyunsaturated fatty acid supplementation in early renal insufficiency in dogs. J Lab Clin Med. 2000. 135; 275-286
– Plantinga et al. Platinga E.A., Everts H., Kastelein A.M.C. & Beynen A.C. Retrospective study of the survival of cats with acquired chronic renal insufficiency offered different commercial diets. Vet Rec, 2005.157;185-187.

Dans le cas d’une insuffisance rénale et d’une urolithiase

On cherche en particulier à diminuer l’excrétion urinaire du phosphore. Au lieu de chercher à diminuer l’absorption du phosphor epar l’ajout de calcium, on recherche un ratio Ca/P juste supérieur à 1 dans la ration finale, et in ajoute une terre rare pour limiter l’absorption du phosphore.

Favoriser l’apport d’acides gras poly-insaturés de la série oméga 3 aux dépens des oméga 6 (ajouter de l’huile de poisson source d’omega 3 à chaine longue EPA et DHA ; l’huile de colza continue d’apporter les acides gras essentiels habituels).

 

Astuces pour stimuler l’appétit

– Faire des boulettes ou des tranches avec l’aliment industriel et les passer à la poêle avant le repas.
– Congeler des petites rations pour distribuer des repas plus petits, plus fréquents, et fraîchement réchauffés.
– Varier les repas en préparant 2 ou 3 recettes différentes, en variant les viandes, poissons, légumes, congelées en portions repas. Cela permet de décongeler des recettes différentes pour les différents moments de la journée.
– On doit parfois limiter le sel en présence d’une hypertension, mais pas autant que chez l’homme, et surtout en cas de traitement ieca. Si les les légumes sont en conserve, ne pas ajouter de sel, et bien les rincer. Sinon, ajouter une pincée de sel ou, de temps en temps, ajouter à la ration journalière 1 gouttes de sauce nioc-man.

– Si un aliment n’est pas bien consommé, ne pas attendre trop longtemps que la situation se dégrade ou que le chat ne mange pas pour passer à une ration ménagère si vos sentez que le chat apprécierait.

Pour obtenir des recettes adaptées, c’est votre vétérinaire qui pourra demander des recettes sur le site cuisine-a-crocs.com.

Dr Vet Géraldine Blanchard
Alimentation et insuffisance rénale
Partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *